Dire « merci », c’est bon pour la santé !

belle-apres-60ans_9d48aa51338fea00aeaee22542622a3d
Ce petit mot tout simple du quotidien peut nous faire plus de bien que nous ne le pensons. Des chercheurs l’ont évalué et le prouvent.

Nous remercions presque sans y penser, pour une porte tenue, un verre rempli à table… La démarche est plus appuyée pour un gros service rendu ou une gentillesse d’importance. C’est évident pour nous, tant la politesse et le « dis merci! » était un pilier incontournable de notre éducation!

Mais au-delà du caractère systématique, ce témoignage de gratitude est riche en bénéfices.Les chercheurs en psychologie ont évalué par de nombreuses études ses effets dans les relations sociales, mais aussi sur notre santé morale, et même physique! À condition de dépasser l’automatisme, justement, pour redonner tout son sens à ce « mot magique ».

Les Américains ne s’y sont pas trompés: ils consacrent chaque année une journée à la gratitude avec Thanksgiving, qui porte bien son nom. Et pour nous, pour nos enfants et petits-enfants, Noël pourrait être l’occasion de dire toujours plus et mieux merci. 

• Dire merci, ça renforce des liens 

« Après avoir été reçue, j’envoie toujours un petit message pour remercier le lendemain,reconnaît Catherine, 67 ans. C’est normal, et je revis ainsi le plaisir de la veille, je pense à celui que j’aurai à recevoir prochainement à mon tour. » Bel exemple de cercle vertueux du remerciement qui renforce la relation dans le temps, incite le donateur à rester généreux, et celui qui reçoit à en faire autant. 

« Régulièrement plébiscitée par les Français dans les sondages, la politesse est effectivement considérée comme ce qui permet de bien vivre ensemble et dire merci est la règle n°1 à respecter », rappelle Frédéric Rouvillois, auteur du Dictionnaire nostalgique de la politesse.

Le bénéfice dans les relations sociales a été mesuré par l’étude P. Watkins, à l’université de Washington. « Elle montre que les personnes les plus appréciées et qui avaient donc plus de contacts satisfaisants, étaient celles qui étaient reconnaissantes », explique la chercheuse Rebecca Shankland, auteur du livre Les Pouvoirs de la gratitude. Intuitivement, Patrice, 71 ans, l’a bien compris. « Quand mes enfants appellent, j’insiste toujours sur leur gentille attention. Je les remercie, même si j’ai un peu attendu leur coup de fil… Je ne veux pas qu’ils le fassent par obligation et résultat, la maison est régulièrement pleine. » 

• Dire merci, c’est bon pour le moral 

L’enrichissement de nos relations sociales, notamment par nos témoignages de reconnaissance, ne peut qu’aider moralement: « éprouver de la gratitude réduit le sentiment de solitude car cela nous permet de nous sentir reliés aux autres, même si les moments passés avec eux ne sont pas si nombreux », précise Rébecca Shankland. « Voilà qui prouve l’enjeu humain fondamental de la politesse, au-delà des codes sociaux », ajoute Frédéric Rouvillois, qui considère plus le savoir-vivre comme un savoir-être nous poussant à voir l’autre réellement. 

Et cela nous fait profondément du bien. Il n’en fallait pas davantage pour souligner, grâce à plusieurs études, l’effet protecteur de la gratitude contre la dépression. « Plus nous savons dire merci aux autres, à la vie qui nous gâte, moins nous nous sentons déprimés »,confirme Rebecca Shankland, recherches à l’appui.

Jean, 59 ans, en a fait récemment l’expérience: « J’ai dû écrire un texte pour les 90 ans de mon père. Cela me pesait car nos relations sont tendues depuis toujours. Mais j’ai finalement trouvé plein de souvenirs positifs et j’ai compris tout ce qu’il m’avait apporté. Je l’en ai donc remercié. En lisant ce texte lors de la fête, j’ai éprouvé une libération. Mon père était très ému et il m’a remercié à son tour. Quelques mois après, le bénéfice est toujours là, comme si un fond de tristesse se dissipait peu à peu après tant d’années. »

• Dire merci, c’est bon pour la santé 

Encore plus fort: notre corps en profiterait directement. « Les observations par imageries cérébrales de la fréquence cardiaque, de la tension et de la sudation ont montré une réduction des manifestations liées au stress et du taux de cortisol notamment (-23%) sous l’effet d’émotions positives comme celle que génère le sentiment de reconnaissance », rapporte Rebecca Shankland.

Le rythme cardiaque ralentit, la tension baisse, c’est donc bon pour le cœur, pour l’organisme moins exposé aux phénomènes d’oxydation, mais aussi pour les fonctions cérébrales. La gratitude décuple ainsi étonnamment la créativité et l’agilité intellectuelle. Ce genre d’émotion positive joue même sur l’immunité et protégerait de la rhinite! Une valeur sûre en cette saison… Sans aller jusqu’à imaginer prescrire des « mercis » sur ordonnance, cultiver cette démarche nous met dans une dynamique bénéfique pour la santé du corps et de l’esprit! 

• Dire merci, ça se cultive 

« Je suis d’une nature positive, reprend Catherine, et j’aime bien passer en revue toutes les bonnes choses de la journée, avant de m’endormir. Plus je m’y exerce, plus je vois de bénéfices dans ce que j’avais vécu. »

Les experts en psychologie positive proposent aussi d’autres techniques, comme la tenue régulière d’un journal de gratitude pour y inscrire les bienfaits reçus. « C’est tellement efficace que la méthode a été intégrée à des protocoles de soins de patients dépressifs », ajoute Rebecca Shankland. Autre exercice: s’efforcer d’être simplement plus réceptifs à ce que nous ressentons, à ce que nos sens perçoivent, par la méditation en pleine conscience ou des exercices d’attention.

Cela aide à mieux mesurer les dons reçus, petits ou grands. Enfin, la lettre de gratitude, ou le fait d’écrire à une personne pour la remercier de quelque chose d’important, a aussi fait ses preuves un peu comme pour Jean, à travers le texte dédié à son père. Et « les cartes de vœux remplissent aussi cet effet, à condition de ne pas se contenter de formules toutes faites, mais de dire en quoi l’année passée a été marquée de moments importants, partagés avec le destinataire, afin de l’en remercier sincèrement », ajoute Frédéric Rouvillois. 

• Dire merci, ça s’apprend 

Nous n’avons donc jamais fini d’apprendre à dire merci, même si cela commence très tôt, avec nos enfants et petits-enfants. Comment leur faire comprendre à quel point c’est important? « En donnant l’exemple, en se disant souvent merci entre adultes, aux enfants… », conseille avant tout la psychologue Rebecca Shankland.

Certes, les enfants qui l’entendent vont l’intégrer, mais le sentiment de gratitude, si protecteur pour eux, ne sera pas forcément au rendez-vous. Une fois de plus, des études l’ont mis en évidence: plus l’attente de l’adulte est importante, moins l’enfant éprouve sincèrement de reconnaissance. Annick, 64 ans, a renoncé à se formaliser. « Je suis bien moins ferme avec mes petits-fils que je ne l’ai été avec mes enfants. Quand je leur donne un cadeau et qu’ils me regardent avec un grand sourire, cela vaut tous les mercis. Et naturellement, l’aîné, qui a 5 ans, s’est mis à le dire systématiquement. »

À nous de les féliciter aussi quand ils remercient pour qu’ils se rendent compte que cela compte pour nous. Finalement, rien n’est dû, tout se donne pour être reçu avec plaisir. 

Par Sophie Viguier-Vinson

Moral et guérison : quand l’esprit influence le corps

theodora-pourtales-ld-15

Moral et guérison sont indissociables. Quand le moral est bon, le corps est plus fort. A l’inverse, les dépressifs tombent plus souvent malades. Mais quels sont donc les mécanismes qui permettent cette interaction du corps et de l’esprit?

Nous avons tous constaté que moral et guérison vont de paire. L’état d’esprit du malade influence positivement ou négativement l’évolution de sa santé.

Oui, un bon morale aide à se soigner et augmente même les cas de guérison pour les maladies graves. Il existe différentes études qui viennent confirmer les observations courantes.

L’effet placebo

Un placebo est une substance pharmacologique inactive (capsule de poudre de lait, eau sucrée…) délivrée dans un cadre clinique, en d’autres termes : des faux médicaments donnés pour des vrais.

Persuadé de recevoir un traitement actif, le malade guérit : c’est l’effet « placebo ».

La force de persuasion mentale, induite par le placebo, suffirait à l’amélioration des symptômes?

Oui c’est le cas mais tout le monde n’est pas réceptif puisque seuls 35% des sujets répondent favorablement à une sollicitation par placebo. Une étude sur l’effet placebo du Pr Jon Stoessl de l’Université de Colombie britannique (Vancouver, Canada) a démontré que notre cerveau ainsi « trompé » fabrique de la dopamine pour agir contre la douleur. Depuis plusieurs études sont venues confirmer le phénomène. Ainsi on reconnaît aujourd’hui que l’état d’esprit d’un malade conditionne la vitesse de guérison.

L’effet nocebo

Moins connu, il est en quelque sorte l’inverse de l’effet placebo. On note que les sujets souffrant de stress, d’anxiété ou de dépression présentent une morbidité et une mortalité supérieure aux autres.

Ils sont également sujets à développer, plus que d’autres, des pathologies virales ou bactériennes.

Stress et anxiété engendrent aussi parfois chez les anxieux des douleurs inexplicables. L’examen par IRM révèle effectivement que les zones de perception de la douleur sont activées dans leur cerveau : ils souffrent réellement!

La foi religieuse contre la maladie

Certains patients très croyants, ont semble-t-il de meilleures chances de survivre à des maladies graves. Des observations en ce sens ont étés faites. Faut-il y croire?

Et bien, pas si sûr. Une étude publiée dans l’American Heart Journal réalisée en 1998 en aveugle sur 1800 personnes semblait prouver le contraire. Cette «étude sur les effets thérapeutiques de la prière d’intercession» s’est conduite sur deux années. Elle n’a pas permis d’établir de lien entre prière et guérison. (voir « Study of the Therapeutic Effects of Intercessory Prayer« )

Pire, le groupe de patients informé des prières faites à leur égard présentait des taux d’amélioration des symptômes plus faibles, de l’ordre de 14%. Cette observation s’expliquerait par le stress supplémentaire généré chez ces personnes du fait de leur annoncer que d’autres prient pour eux.

Et les miracles, ça existe non?

Les pèlerins qui se rendent à Lourdes chaque année sont nombreux à l’espérer. Même s’il y a peu d’élus, on relève plusieurs cas de guérisons spectaculaires restés inexpliqués par la science.

miracle lordes

L’église catholique certifie même les « miracles » qu’elle étudie très méticuleusement. Quand aucune explication scientifique ou médicale ne peut expliquer un cas de guérison spontanée, après de longs mois d’observation et d’analyse : le miracle est validé… ou non.

Lève-toi et marche.

Le plus souvent : c’est non. De fait, ces cas sont extrêmement rares. Quand certains crient au miracle, d’autres « plus terre à terre » préfèrent parler de « guérison spectaculaire inexpliquée à ce jour »

Il appartient à chacun de voir ce qui lui convient.

Corps et esprit réconciliés

Le corps et l’esprit sont souvent présentés de façon opposée. Cette division n’a plus tellement de sens du point de vue scientifique actuel. Car l’esprit, entité insaisissable certes, n’est finalement que le résultat des interactions physiologiques complexes mises en oeuvre dans le cerveau.

Alors, cette dualité ne serait-elle pas simplement une construction de notre ego?

Il est tentant de croire que notre esprit est « à part » de ce corps que l’on juge si imparfait. C’est peut-être plus facile que de parvenir à s’accepter tel que l’on est.

L’esprit prend naissance dans le système nerveux central épaulé par des dizaines de milliards de neurones. Ce système nerveux est étroitement associé aux hormones et au système immunitaire.

Nous formons un seul et unique organisme.

corps et l'espritLes interactions entre le corps et l’esprit ne s’établissent pas grâce à des phénomènes inexplicables. Il reste cependant un long chemin pour mieux comprendre les mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués pour préserver notre santé.

Mais après tout, que l’on soit plutôt cartésien ou plus sensible aux pouvoirs de l’esprit, le résultat est le même : avoir le moral c’est bon pour la santé.

Sources :

– See more at: http://www.mieux-vivre-autrement.com/moral-et-guerison-quand-lesprit-influence-le-corps.html?utm_campaign=shareaholic&utm_medium=facebook&utm_source=socialnetwork#sthash.dVV4UCTt.trsCKWRV.dpuf

Quel est le but véritable d’une relation entre deux flammes jumelles?

flamme-jumelle

L’AMOUR est TOUT et en tout.

L’AMOUR rayonne… se propage…

touche…et guérit!

Soyez AMOUR, alors vous trouverez

l’Amour absolu!

Une union entre deux flammes jumelles est une connexion établie à un niveau supérieur. Deux âmes étroitement liées, enchevêtrées, devenant la pleine personnification de l’amour universel, de la conscience universelle. Ce lien spirituel est forgé entre deux personnes sur le plan énergétique, par une sorte d’intrication quantique, et une fois formé, il est incassable.

Lors de la première rencontre, cela donnera place à un sentiment quelque peu similaire à la décharge d’un amas d’étoiles, s’invectivant à la vitesse de l’éclair à travers vos chakras. Vous avez littéralement l’impression que votre cœur est sur le point d’exploser d’amour et d’affection pour cette personne (pendant ou même peu de temps avant votre rencontre). Ecrasant, c’est le moins qu’on puisse dire, et vous ne semblez pas être en mesure de cerner ce qui est en train de vous arriver. Vous avez perdu toute rationalité, ainsi que la capacité de prendre des décisions judicieuses.

Un sentiment de familiarité apparait immédiatement lorsque vous rencontrez votre flamme jumelle, comme si vous regardiez dans un miroir et que vous voyiez votre propre âme.

Une fois l’union formée, elle est explosive, accélérant l’ADN de chacun – votre ADN, propulsant le duo sur le chemin de l’Ascension. Les énergies résonnent à hautes fréquences dans la béatitude euphorique, cela vous donne l’impression de voler à travers l’univers, sans ailes. Un vrai goût de paradis sur Terre, ne correspondant à rien d’autre de ce que vous avez vécu au cours de toute votre vie. L’esprit ne peut tout simplement pas garder son emprise sur l’expérience « Cela ne peut pas être réel, cela ne doit pas être réel », vous vous dites.

Pourquoi? Parce que vous croyez que ce genre de bonheur n’existe pas, sur ce plan de fréquence profonde, fragile, et de faible vibration de l’existence.

L’ego commence à frapper, de plus en plus fort jusqu’à briser votre euphorie. Soudain, votre partenaire s’éloigne, et vous plongez dans les ténèbres du dehors avec le sentiment d’être tenu à l’écart du paradis.

En plein choc, cette décharge cosmique s’écroule autour de vous, fermant les portes, pendant que vous devenez de plus en plus éloigné de l’entrée.

Le blâme, la culpabilité et la tristesse enveloppent votre être au complet. Vous baignez dedans, nagez, et il n’y aucune fin en vue. Comme si vous étiez dans une chambre noire sans porte, et que vous ne pouviez pas trouver le chemin de la sortie. La mort a été infligée à votre âme. Il n’y a rien que vous puissiez faire. Il n’y a rien qui puisse être fait.

Et vous faites la seule chose que vous ayez à faire. Vous vous abandonnez.

Vous vous abandonnez à votre douleur et vous vous abandonnez totalement à vous-même. Et là, debout dans l’obscurité, sous la chape de nuit, vous trouvez la lumière à l’intérieur de vous.

Elle commence comme un petit soupçon de lumière, une étincelle, et vous consomme, vous enflamme lentement jusqu’à ce que vous deveniez une étoile scintillante dans l’obscurité de la nuit. Illuminant les immensités de l’univers.

Vous avez retrouvé la lumière à nouveau, l’amour, la vérité compréhensive universelle de votre auto éternel, tout ce que vous êtes et tout ce que vous serez à jamais. Sans le besoin ni le manque de quelqu’un d’autre, car vous êtes l’amour lui-même.

flammes-jumelles-planeteefffin

Exprimé à travers des milliards de vaisseaux uniques, vous êtes la création de votre propre imagination. Vivant chaque jour à travers la créativité qui habite l’âme.

Notre âme, l’âme unique, l’unique amour.

Soulevant le voile de l’illusion, maîtrisant votre Soi et franchissant les domaines de la vibration supérieure, de la lumière et de l’amour.

Cela exige un niveau de maturité spirituelle pour détenir cette vibration élevée. La vibration temporaire que vous a fait entrevoir brièvement votre flamme jumelle. Vous visualisez maintenant votre lumière, vous êtes l’amour, s’illustrant à travers chaque compagnon, reflété à travers chaque relation. À travers toute rencontre.

Et pourtant vous vous demandez, vous ne pouvez vous empêcher de vous questionner. Qui est cet être? Ce jumeau qui vous a donné des ailes pour une nouvelle vie.

Comment est-il possible qu’un autre, eu le pouvoir d’affronter la mort qui effleurait votre âme et qu’en est-il de cette union de flamme jumelle? Était-ce vous, ou était-ce votre véritable présence, votre véritable essence, ce petit aperçu de bout de ciel revenant au galop.

Les synchronicités apparaissent partout, se manifestant dans la réalité physique, avec chacune de vos pensées menées vers votre flamme jumelle. Vous ressentez ses émotions, vous vivez ses joies et vous pouvez sentir sa douleur comme si elle était la votre. Les rêves partagés, laissant encore une trace considérable à un niveau supérieur de votre esprit du moment passé ensemble, d’une réalité parallèle, d’une existence privilégiée. Car ce monde est aussi réel, aussi réel que ce que vous vivez et respirez ici, en ce moment même.

Le temps passe et vous retenez votre souffle à chaque instant, en sachant que quelque chose de GRAND est sur le point de se produire, et pourtant, c’est une absolution qui ne vient jamais.

Et ainsi vous attendez, avec patience, vous explorant de plus en plus à mesure que le temps passe. Guérissant vos blessures des séparations. Gardant la foi, et vous nourrissant des souvenirs de votre ascension vers la lumière. Cherchant des réponses, cherchant la vérité. Pour vous apercevoir ensuite que votre expérience était une expérience que l’on fait qu’une seule fois dans sa vie.

Mais peut-être, je dis bien peut-être, vous aurez une deuxième chance.

Source flammes jumelles: thespiritscience.net

 

14 signes que vous êtes une option, pas une priorité.

option-1024x767

L’une des leçons les plus difficiles que nous ayons à tirer de la vie, c’est que les gens ne sont pas toujours aussi authentiques qu’ils le font croire, et qu’ils ne vous considèrent pas toujours comme prioritaire.

Vous êtes vous déjà retrouvé à donner constamment, et par la suite réaliser que vos bonnes actions n’allaient que dans un seul sens? Avoir des gens comme ça dans nos vies est drainant et malsain.

Nous avons tous besoin de créer des relations avec des personnes pour qui nous sommes une priorité tout comme ils le sont pour nous.

Sinon, il est peut être temps de réévaluer votre relation

Voici 14 signes qui indiquent que vous stagnez dans une relation avec quelqu’un qui ne fait pas de vous une priorité:

1. Il est collé à son portable même en votre présence. 

Et je ne parle pas d’un chef d’entreprise obligé de travailler même hors du bureau, mais bien d’un partenaire qui se sent obligé de répondre toutes les 5 mn. Mail, sms, Facebook, Twitter, s’il considère qu’il ne peut pas ignorer son portable au moins 1 heure quand il est avec vous, alors le doute est permis.

2. Ils invitent toujours d’autres personnes à de grands événements et des rassemblements

3. Ils ne se souviennent jamais des choses que vous leur raconter à propos de votre vie.

4. Son avenir à long terme se résume à « je ».

« Je » vais partir en Indonésie avec mes amis dans quelques semaine, « je » compte prendre une carte UGC pour payer moins cher, « je » dois me trouver un appart plus proche du boulot.

Par contre « vous » pourrez aller au restaurant, « vous » pourrez l’aider à déménager ou » vous » pourrez regarder un film avec lui. Il parle de lui-même en termes d’être unique, et ne vous cite que pour des choses mineures sans implication.

5. Pratiquement chaque projet que vous essayez d’établir avec eux se produit à la dernière minute …

6. Lorsque vous faites appel à eux pour vous sortir du pétrin, ils vous font passer pour  des personnes indigentes et envahissantes.

7. Ils cessent soudainement de répondre à vos sms, et le font seulement au moment qu’ils le désirent

8. Vous pensez que la relation existe uniquement en raison des multitudes d’efforts que vous y investissez

9. Il ou elle ne vous invite que peu ou jamais chez lui.

De nombreuses raisons peuvent expliquer cela : il vit avec une autre personne, il invite souvent des filles ou garçons, votre partenaire considère juste qu’il ne veut pas vous voir trop souvent là par solitude. Dans tous les cas, c’est négatif et rédhibitoire.

10. Vous vous retrouvez à vous excuser pour leur comportement pitoyable

11. Ils s’effritent toujours sur des choses que vous considérez comme étant très importantes

12. Vous évitez de faire des programmes avec d’autres personnes parce que vous espérez avoir de leurs nouvelles bientôt.

13. Vous vous sentez malheureux dans la relation plus souvent qu’autrement.

14. Vous avez l’impression qu’on profite de vous.

C’est important, car l’intuition a souvent raison, et quand on a l’impression que quelqu’un s’en fiche, c’est le cas parce qu’ils ne font pas l’effort de vous montrer qu’ils se préoccupent de vous.

de

VOICI COMMENT LES DEFUNTS COMMUNIQUENT AVEC NOUS

defunts-1-768x509

Beaucoup de personnes attendent ce type d’article, nous vous conseillons d’acheter des livres sur le sujet, si cela vous intéresse, car chaque Médium a sa vision personnelle et complémentaire du sujet. C’est l’une des grandes énigmes qui dure à travers l’histoire, puisque déjà dans l’antiquité, la communication avec les défunts était une discipline largement connue. Il existait même, dans certaines civilisations des centres dédiés à cela.

Cet article est basé sur L’expérience personnelle de l’auteur (voir la source en bas de l’article) et sur les manifestations riches et nombreuses que j’ai eu l’immense chance et bonheur de recevoir.

Les esprits de nos défunts peuvent communiquer avec nous, sans forcément passer par un médium. Je ne vous cache pas que dans ce cas, la communication sera différente néanmoins.Mais elle peut – être riche.

La première chose c’est d’en avoir envie, avec de bonnes intentions.

Mais trop d’attente, de réticences ou de peurs (ce qui est légitime en soi) peuvent bloquer la communication. Souvent les défunts se manifestent quelques jours après leur décès, parce que leur âme est encore là.

Les manifestations sont donc plus nombreuses et plus intenses.

Il survient ensuite une période où la communication est impossible, elle varie suivant les défunts et peut – être plus ou moins longue. C’est la période de transition vers le plan supérieur.

defunts-2

Image crédit : pixabay.com

Ensuite la communication est à nouveau possible.

Il faut donc faire preuve de persévérance et réessayer à intervalles réguliers.

Je vous déconseille vivement d’essayer des moyens spirites tels que les oui-ja, le verre, l’écriture automatique. Ces techniques sont réservées à des personnes ayant une grande maîtrise du sujet et sachant éviter les pièges de ce type de tentatives de communication. Je reçois nombre de témoignages de personnes ayant essayé ces pratiques avec plus ou moins de succès, rares sont les personnes, à l’instar de Patricia Carré à recevoir brusquement cette capacité, non innée il faut un long entraînement.

Pour communiquer avec eux, il faut avant toute chose leur parler, si possible dans un endroit calme, en étant soi – même détendu et plein d’amour.

Vous pouvez allumer une bougie blanche, ceci aide à la communication.

Demandez-leur des signes, de l’aide.

Pour gagner au loto, ce n’est pas vraiment la peine….si vous voyez ce que je veux dire.

Voici les types de réponses ou de manifestations que vous pouvez recevoir :

LES RÊVES

*Rêve où vous voyez le défunt. Vous pouvez lui parler, l’étreindre, par exemple, c’est ce que j’ai vécu avec mon Papa, décédé depuis 13 ans, il était habillé en blanc, je l’ai rencontré par hasard, dans un endroit très particulier que je ne connaissais pas, je lui ai sauté dans les bras et l’ai serré contre moi.

Le rêve était réaliste et les sensations incroyables. Vous pouvez aussi parler au défunt et il peut vous communiquer des informations, vous dire qu’il est bien, vous dire qu’il vous aime. Dans le monde onirique, nous nous déplaçons avec l’astral, nos filtres, peurs et attentes sont déconnectés, permettant ainsi une communication aisée avec les êtres vibratoirement élevés.

LES SENSATIONS / RESSENTIS 

*Sensation d’une présence, derrière soi, en voiture, chez soi. Courant d’air frais ou chaud, mais pas glacé.

Quelquefois même avec une manifestation physique ou techniques, telles que: (cette liste n’est pas exhaustive)

-Bugs des appareils électriques ou électroniques comme une télé qui s’éteint seule, un démodulateur qui bugg, ou un PC, sans raisons.

-Lumière qui vacille, sans que l’ampoule n’ait de problème.

– Objets qui changent de place, coups dans les murs, tableaux qui chutent, etc…. pour les livres si un livre est déplacé ou apparait, c’est un signe plus précis, comme le titre ou la nécessité de le lire pour votre avancement.

LES ODEURS 

*Odeurs, soit du plat préféré du défunt, soit son parfum ou son eau de toilette, odeur de cigarette s’il fumait, chez vous où dans d’autres endroits. Ces odeurs doivent nous permettre d’identifier facilement le défunt. Des odeurs nauséabondes sont des manifestations d’esprits malsains. L’odorat astral est une faculté que nous possédons tous.

LES SIGNES 

*Signes divers, j’ai vu ainsi, le nom de notre chat, décédé depuis, sur un camion garé sur le bas – côté. Je sais qu’il est avec mon Papa qui s’en occupe bien là haut.

Des mots, des livres, des conversations où vous lisez ou entendez des choses qui font « tilt » dans votre esprit, et vous savez que c’est un signe car cela s’impose comme une évidence. Il m’est même arrivé de penser quelque chose et d’entendre la réponse à la télé dans une émission que je ne regardais même pas, je ne vous dis pas le choc!!!

LES HASARDS

*Des synchronicités des hasards qui vous font rencontrer des personnes perdues de vue qui ont connu votre parent défunt et qui vous en parle. Vous révélant quelquefois des choses qu’il ne vous avait pas dites. J’ai vécu cela, avec d’anciens amis de mon Papa, pendant de longues années après son départ.

LA MUSIQUE 

*Des musiques, soit ses chansons préférées, soit vos chansons préférées qui passent souvent sur la radio, quelle que soit la station, où dans des lieux où vous vous rendez. Cela s’est produit pour moi l’an passé avec une chanson intitulée, cela ne s’invente pas « Give me a sign », après avoir demandé à mes proches défunts de me donner des signes.

Je l’ai entendue pendant plusieurs mois à la radio, dans la voiture, mais aussi dans des magasins et divers endroits. Je continue à recevoir des signes forts via mon auto radio de mes proches défunts, anges, guides et esprits élevés, dernièrement sur une station, le nom a buggé et j’ai vu affiché à quelques jours d’intervalle : ALOE – LOVE LIFE et DREAM PACK en réponse à des questions.

PHYSIQUES

*Des manifestations physiques, on vous caresse le bras, le visage, la tête, la sensation d’une main sur l’épaule(déjà vécu pour ma part), on vous étreint (vécu aussi) , on vous serre le bras.

Ces manifestations peuvent aussi provenir de nos animaux familiers disparus.

Ces signes sont souvent très présents au début, selon la conscience du défunt d’avoir quitté ce monde, de sa volonté, de sa capacité, de son acceptation, de son énergie, beaucoup de critères entrent en compte y compris notre peur, notre ouverture d’esprit, notre chagrin, notre colère, notre culpabilité. Les manifestations s’estompent lorsque le message d’au revoir a été compris, si les manifestations persistent c’est que le défunt a besoin d’aide ou veut transmettre un message, les manifestations se font alors de plus en plus insistantes et spectaculaires.

Mais même lorsqu’ils passent dans la lumière, ils restent intimement liés à nous à jamais. Il est donc sain de ne pas les retenir par notre chagrin, mais de les accompagner de notre amour et lumière pour qu’ils puissent connaître la joie et la lumière.

Vos proches défunts sont aussi capables de vous diriger vers un médium pour qu’il vous transmette des messages, votre passage sur ce blog et le fait que vous êtes en train de lire cet article, n’est déjà pas un hasard, vous êtes sur la voie de la communication, pour vérifier des signes reçus ou pour essayer d’en recevoir. Les médiums permettent une communication plus directe, lorsqu’elle est possible.

Les défunts ont beaucoup de possibilités pour communiquer avec vous, il vous suffit d’être attentif et réceptif.

Je vous invite à témoigner ici de vos expériences en la matière, mais aussi de partager vos questions, à travers les commentaires. Merci.

Avec tout mon amour.

À nos anges….

Source de l’article original : lesvoyagesspirituelsdejamescolpin.over-blog.com

 

7 Petites phrases encore plus fortes qu’un « je t’aime ! »

plus-fortes-qu-un-je-t-aime-2.jpg

Je t’aime : ces 3 mots peuvent déclencher une ouragan d’émotions !

Dans une relation amoureuse, on échange de la tendresse, de l’amour, des pensées, des sentiments et bien entendu des mots.

Pas n’importe lesquels : « je t’aime ». Ces 3 mots sont les plus attendus car ils verbalisent l’amour du partenaire. Pourtant, il existe une myriade de phrases pour déclarer son amour.

7 Petites phrases encore plus fortes qu’un je t’aime :

1- Je serai toujours là, à tes côtés

Dans une relation de couple, la vie n’est pas toujours rose. Il arrive d’être confronté à des problèmes ou des situations délicates. Savoir qu’on est épaulé et soutenu par son partenaire est une belle preuve d’amour. C’est rassurant de savoir qu’on n’est pas seul. Les épreuves de la vie sont vécues différemment quand on se sait aimé et soutenu.

plus-fortes-qu-un-je-t-aime (4)

2- Je te soutiens quoique tu fasses

Cette phrase rassurante veut tout dire. Elle exprime un amour, un soutien et une présence inconditionnels. En plus de traduire des sentiments, cette phrase apporte de la sérénité car, quoiqu’il arrive, le partenaire saura toujours soutenir l’autre.

3- Tu as changé ma vie

Eh oui ! Depuis que cette personne est entrée dans votre vie et tout semble différent. La vie est belle et vous n’avez qu’une hâte, celle d’être ensemble et d’en profiter au maximum. C’est le miracle de l’amour.

plus-fortes-qu-un-je-t-aime (3)
Phrases plus fortes qu’un je t’aime

4- J’ai besoin de toi à mes côtés

Toutes ces choses qu’on faisait seul n’ont plus de goût. Les sorties, les voyages, les balades sont tellement plus agréables avec son partenaire. Même les choses les plus futiles sont plus intéressantes à deux.

5- Ne change surtout pas

« Je te veux comme tu es, surtout ne change pas ». Avec cette phrase, votre partenaire déclare vous aimer avec vos qualités et défauts. Il connait ces derniers et les accepte. Il ne cherche surtout pas à vous modeler selon ses désirs. Il vous aime et vous respecte tel que vous êtes, avec vos opinions et vos sentiments.

6- Veux-tu la dernière part de glace ?

Votre partenaire est dans le partage jusqu’au bout. Il donne avec plaisir pour vous faire plaisir !

plus-fortes-qu-un-je-t-aime (1)

7- Veux-tu te marier avec moi ?

Vous vous aimez et vous n’imaginez pas la vie sans votre compagnon. Officialiser votre relation est l’ultime expression de l’amour que vous ressentez.

Source : 7 Petites phrases encore plus fortes qu’un je t’aime : aufeminin.com

AIMEZ-VOUS ET LAISSEZ-VOUS AIMER

 

aimez-vous-768x512Nous ne devons pas passer à côté des plaisirs de la vie.

Il est essentiel de faire des choses que nous aimons, de profiter des opportunités qui se présentent à nous sans trop y réfléchir, sans attentes trop élevées, simplement avec la volonté de vivre et d’exprimer la vie.

Pour cela, il est fondamental de vous aimer et de vous laisser aimer.

S’aimer soi-même est quelque chose de compliqué mais c’est une étape fondamentale pour que les autres puissent nous aimer à leur tour.

Aimez votre corps, vos défauts, vos qualités, toutes les choses qui vous passionnent, votre manière de sourire et de marcher sur le chemin de la vie.

“Lorsque j’avais 5 ans, ma mère me disait toujours que le bonheur était la clé de la vie. Quand je suis allé à l’école, ils m’ont demandé ce que je voulais être quand je serais grand. J’ai répondu «heureux.» Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la consigne et je leur ai dit qu’ils n’avaient pas compris la vie.”
–John Lennon–

Aimez-vous le plus possible

S’aimer soi-même est fondamental pour se sentir bien, pour que d’autres personnes nous aiment, pour profiter de la vie et être heureux.

C’est un chemin complexe, car nous sommes souvent très critiques avec nous-mêmes, jusqu’à devenir parfois notre pire ennemi.

L’estime de soi est la perception évaluative de nous-mêmes, c’est-à-dire qu’il s’agit de la manière dont nous nous voyons, dont nous nous valorisons.

Elle s’appuie sur quatre piliers fondamentaux selon le psychologue argentin Walter Riso. Les voici :

* La conception de soi : ce que nous pensons de nous-mêmes.
* L’image de soi : la manière dont nous nous voyons.
* L’auto-renfort : lorsque nous nous récompensons.
* L’auto-efficience : la confiance que nous avons en nous.

Pour renforcer les quatre éléments de l’estime de soi et vivre en paix avec nous-mêmes, et pour être plus heureux, nous vous proposons de mettre en place quelques petites stratégies pour vous apprendre à vous aimer et à apprécier tout ce qu’il y a de bon en vous.

aimez-vous-2

Ne vous comparez pas aux autres

Depuis l’adolescence, nous sommes bloqués dans un processus d’analyse dépréciative de notre physique, qui nous laisse à penser qu’il manque toujours quelque chose pour que nous soyons parfaits à nos yeux.

Nous n’aimons pas notre couleur de cheveux, nos jambes ou nos dents. Nous nous évertuons à nous trouver mille et un défauts.

Nous nous comparons également aux autres, qui sont toujours plus beaux que nous, et cela peut nous faire beaucoup de mal.

Les comparaisons sont négatives. Le concept de beauté varie en fonction des personnes, il est totalement subjectif.

Ce que nous pouvons considérer comme beau, une autre personne peut le voir comme laid, et vice versa. Voilà pourquoi les comparaisons sont tout bonnement inutiles.

“Vouloir être une autre personne c’est gâcher la personne que vous êtes.»
-Marilyn Monroe-

Découvrez et mettez en valeur tout ce que vous aimez chez vous. Faites de vous tout ce que vous désirez, ne vous pliez pas à la manière dont les autres voudraient que vous soyez. Si vous vous sentez bien, c’est tout ce qui importe.

Il y aura toujours quelqu’un de plus beau ou de plus laid que vous, mais ce qui importe c’est que vos qualités vous rendent uniques.

Découvrez-les et laissez-les s’exprimer.

Inventez votre propre concept de beauté

Le concept de beauté n’est pas seulement subjectif, il dépend également beaucoup de l’époque.

Il y a bien des années, une femme enrobée, à la peau blanche et aux lèvres bien roses était considérée comme belle, alors que les canons de beauté actuels sont totalement différents.

La meilleure chose à faire est donc de construire votre propre concept de beauté. Dans ce sens, Walter Riso nous conseille de commencer de cette manière :

“Vous pouvez décider de votre propre conception de la beauté. Ce n’est pas facile, mais il est important d’essayer de le faire. Pour vous habiller, ne suivez pas docilement la mode en vous fondant dans un moule. Pour vous aimer, vous n’avez pas besoin de vous appliquer des concepts externes. Vous n’avez pas besoin de plaire à quelqu’un en particulier. Aucune théorie scientifique ne justifie la prédominance d’une forme de beauté sur une autre. L’important n’est donc pas d’être beau ou belle, mais de s’aimer soi-même».

Récompensez-vous

Lorsque notre partenaire ne se préoccupe pas de nous, qu’il ne nous demande pas comment nous allons, qu’il ne nous appelle pas et qu’il ne s’intéresse pas à nous, il est difficile d’imaginer qu’il y a de l’amour dans la relation que nous entretenons avec lui.

De la même manière, si vous ne vous récompensez pas, si vous ne vous accordez pas un peu de temps au quotidien, si vous n’exprimez pas vos sentiments, votre estime personnelle sera nulle ou insuffisante.

L’amour propre, en principe, n’est pas différent de l’amour que l’on porte aux autres.

Prenez soin de votre corps et de votre esprit, faites des choses qui vous plaisent et qui vous apportent du plaisir.

Souriez et sortez dehors pour partager votre sourire. Si vous aimez aller au cinéma, allez-y.

Si vous adorez faire du vélo, n’hésitez plus. Si vous aimez lire, foncez chez votre libraire et faites-vous plaisir.

Éliminez les croyances répressives

Selon Walter Riso, les croyances répressives nous empêchent de renforcer notre estime personnelle. Elles sont au nombre de quatre :

Le culte de l’accoutumance : il s’agit du culte que nous vouons à toute une série de comportements que nous considérons comme habituels, que nous nous sentons obligés d’avoir, mais qui ne nous permettent pas d’innover ou de changer.
Le culte de la rationalisation : ce culte nous amène à être des robots qui évaluent les sentiments de manière quasi-scientifique pour voir s’ils nous conviennent. Certaines choses ne sont pas faites pour être pensées, mais pour être ressenties.
Le culte du contrôle de soi : c’est ce qui nous amène à vouloir contrôler tous nos sentiments et toutes nos émotions. Il est important de se contrôler pour éviter d’avoir des conduites destructrices, mais nous ne devons pas tomber dans le refoulement de tout ce que nous ressentons.
Le culte de la modestie : il peut nous entraîner à ne pas valoriser nos succès et nos efforts. Il ne s’agit pas de nous vanter de nos réussites, mais de reconnaître notre potentiel, sans excuses ni sentiment de culpabilité, de manière réaliste. Cela nous permet de savoir valoriser nos qualités et d’apprécier nos efforts.

“Si vous ne parvenez pas à vous aimer, vous aurez des difficultés à aimer les autres, car vous ressentirez que le temps et l’énergie que vous consacrez à une autre personne, vous ne vous l’accordez même pas à vous-même.»
-Bárbara De Angelisi-

Laissez-vous aimer

Dans la société actuelle, tout va beaucoup trop rapidement. Nous sommes tous très indépendants et actifs, mais il est nécessaire que nous nous arrêtions un instant et que nous nous laissions aimer.

Si vous vous sentez mal, laissez les autres vous écouter et prendre soin de vous.

Si quelque chose vous préoccupe, partagez-le et laissez les autres vous enlacer et vous embrasser.

Sentez la tendresse qu’il y a dans chacun de leurs gestes et dans chacun de leurs regards. Laissez-vous aimer.

SourceAIMEZ-VOUS ET LAISSEZ-VOUS AIMER : http://nospensees.fr/